Motocycles en France Cyclomoteurs et autres motocycles

Motocycles en France Cyclomoteurs et autres motocycles

4 avril 2019 0 Par Makrem

Les Français sont des motocyclistes passionnés et il y a plus de motards par habitant en France que dans tout autre pays européen, bien qu’il n’y ait qu’un seul constructeur français de motos.

Les motos en France

C’est peut-être pour cette raison que les Français n’ont généralement pas de préjugés contre les motards, comme le sont les automobilistes dans de nombreux autres pays. Néanmoins, la moto est une activité dangereuse : plus de 20 % des victimes de la route sont des motocyclistes et, sur la même distance, un motocycliste est 14 fois plus susceptible d’avoir un accident qu’un automobiliste (même si l’on peut se demander si cela est dû aux dangers intrinsèques de la moto ou au fait que la plupart des motocyclistes violent les règlements…).

Certaines règles s’appliquent à toutes les motocyclettes (appelées collectivement les deux-roues) ; d’autres s’appliquent à certains types de motocyclettes seulement. Les limitations de vitesse pour toutes les motocyclettes sont les mêmes que pour les voitures – même si vous ne le pensez pas. L’assurance responsabilité civile est toujours nécessaire, de même que l’assurance des passagers. Tous les vélos doivent également être immatriculés, être munis d’une plaque d’immatriculation et d’une vignette de nationalité.

Tous les motocyclistes et les passagers doivent porter un casque protecteur approuvé. Les motocyclettes de plus de 50 cm3 peuvent emprunter les autoroutes (les péages sont moins élevés que pour les voitures, bien que le coût d’un long trajet puisse encore être considérable). Les phares de croisement doivent être utilisés en permanence par les motocyclistes de plus de 125 cm3 (voir aussi ci-dessous). Lorsque vous garez un vélo en ville, verrouillez-le solidement et, si possible, enchaînez-le à un objet inamovible. Soyez particulièrement vigilant lorsque vous vous garez dans un lieu public pendant la nuit, en particulier à Paris, où le vol de vélos est très répandu.

Cyclomoteurs

Dès l’âge de 14 ans, les enfants peuvent conduire un cyclomoteur (connu sous le nom de cyclomoteur, scooter, vélomoteur ou Mobylette, ce dernier étant un nom commercial) avec un moteur d’une cylindrée inférieure à 50 cm3 capable d’une vitesse maximale de 45 km/h (28 mi/h) – malgré les contorsions des conducteurs qui essaient de faire un ou deux kilomètres supplémentaires avec leur moto. Les cyclomoteurs doivent être immatriculés et les coureurs sans permis de conduire doivent passer un brevet de sécurité routière/BSR composé d’une attestation scolaire de sécurité routière/ ASSR1, prise à l’école, et de cinq heures de stage, dont quatre heures et demie sur la voie publique, avec une auto-école (environ 75 euros). Une assurance responsabilité civile est nécessaire et une plaque de nom au nom du propriétaire doit être attachée au guidon.

Les cyclomoteurs ne sont pas autorisés sur les autoroutes et les cyclistes doivent emprunter les pistes cyclables là où elles sont prévues. L’essence deux temps (“mélange deux-temps”) est disponible dans la plupart des stations-service, bien qu’une version électrique du classique Solex (fabriqué pour la dernière fois dans les années 1980, bien que des imitations soient encore fabriquées), connue sous le nom de E-solex, puisse être disponible dans un avenir proche. Les cyclomoteurs peuvent être mortels entre de mauvaises mains (la plupart des adolescents ont autant de sens de la route que les hérissons et les lapins) et des centaines sont tués chaque année. Si vous avez un enfant avec un cyclomoteur, il est important de lui faire comprendre la nécessité d’être prudent (surtout en hiver) et de ne pas prendre de risques inutiles, par exemple en observant toujours les panneaux de signalisation avant de faire des manœuvres.

Autres motos

Les jeunes de 16 ans peuvent conduire une moto d’une cylindrée maximale de 125 cm3 (officiellement connue sous le nom de moto légère), pour laquelle ils doivent obtenir un permis A1. Le test théorique requis, l’ASSR2, peut être passé à l’école. Les jeunes de 18 ans peuvent commencer un ” entraînement progressif ” (” formation progressive “) pour un permis de motocyclette ou de moto complet (” A “), bien qu’ils soient limités aux motocyclettes de moins de 34 chevaux-vapeur jusqu’à l’âge de 21 ans. Si vous n’êtes pas à l’école, vous pouvez obtenir une attestation de sécurité routière (ASR), qui remplace l’ASSR1 et l’ASSR2, auprès d’un organisme de formation pour adultes comme le GRETA. Le permis de conduire (B) vous permet de conduire une motocyclette d’une cylindrée maximale de 125 cm3, à condition que vous conduisiez depuis au moins deux ans (mais vous devez repasser l’examen théorique si vous avez détenu un permis depuis plus de cinq ans sans conduire de motocyclette). Cependant, il est recommandé de suivre un cours d’équitation avec une moto-école, qui coûte environ 300 €.