Jean-Charles Marchiani, la lutte contre le terrorisme

Jean-Charles Marchiani, la lutte contre le terrorisme

17 avril 2019 0 Par Makrem

Jean Charles Marchiani est un homme politique qui a passé les plus nombreuses années de sa vie à servir la France. Il est né à Bastia, une petite ville touristique de Corse et y a passé les premières années de sa jeunesse.

Jean Charles Marchiani : jeunesse et études

Jean Charles Marchiani est allé à l’école du petit séminaire d’Ajaccio avant d’intégrer l’institut d’Aix-en-Provence et y apprendre la politique. Le jeune homme persévérant et bosseur obtient son diplôme en 1966, sans pour autant arrêter de consolider ses connaissances. Il continue les études pour obtenir une licence en lettres et un certificat en droit public. Ses notions théoriques se sont appliquées lorsqu’il a intégré le mouvement nationaliste « Jeune Nation » qui avait pour cause de défendre l’Algérie française. Avec un bagage intellectuel solide et un savoir-faire pratique et professionnel, il a été recruté par les services secrets français à l’âge de 19 ans. C’est au cours de ses années passées à servir le mouvement nationaliste qu’il s’est fait remarquer par Charles Pasqua.

Son rôle dans la négociation de prise d’otages français

Le nom de Jean Charles Marchiani apparaît plusieurs fois derrière les affaires de négociation de prises d’otages français les plus marquantes. Le héros de l’ombre s’est souvent retrouvé face à des cas difficiles durant lesquels il a été chargé de négocier la libération d’otages lors de son expérience dans la lutte contre le terrorisme.

De 1986 à 1988, Jean Charles Marchiani travaille auprès de Charles Pasqua, ancien ministre de l’intérieur français comme étant son conseiller et chargé de mission. Puis, il retrouve ses fonctions en 1993 et s’est chargé de plusieurs négociations jusqu’en 1999. Il a usé de son savoir et de son intelligence lors de la prise d’otages de trois otages français détenus au Liban : deux diplomates et un journaliste. Il est également intervenu pour la libération des deux pilotes français qui ont été retenus prisonniers par les bataillons serbes en Bosnie. Il a également tenu un rôle important lors de la prise d’otage d’un avion d’Airbus et de tous ses passagers. Il a noué des contacts avec Lahcène Seriak, directeur du cabinet du ministre de l’Intérieur algérien et a réussi à soutirer des informations cruciales permettant de détourner l’avion et d’abattre les terroristes.

Jean Charles Marchiani, ancien Préfet du Var

De par ses actes de bravoure, Jacques Chirac lui-même a désigné Jean Charles Marchiani en 1995 pour être préfet du Var.